Pogba : un joueur qui tarde à devenir le patron des Bleus

10/06/2018 à 19:04

Sélectionné sans grande surprise par Didier Deschamps pour la prochaine Coupe du monde, Paul Pogba a du mal à confirmer les espoirs placés en lui. Capable de très bonnes choses comme de moins bonnes, le joueur de Manchester United n’est pas assuré d’être titulaire lors de la compétition. Portrait du leader de la jeune génération bleue dans le vestiaire mais qui tarde à devenir patron sur le terrain.

Pogba : un joueur qui tarde à devenir le patron des Bleus

Une âme de combattant…

 

Élevé aux côtés de ses deux frères jumeaux, Paul a toujours eu cette rage de vaincre. Petit, ses professeurs le décrivent comme un élève hyperactif. Le foot devient alors un moyen d’évacuer ce surplus d’énergie. Une véritable passion pour le natif de Lagny-sur-Marne qui n’hésite pas à sécher les cours pour aller s’entraîner. Il sera à maintes reprises réprimandé par son père qui veut lui éviter un avenir tout autre. C’est à l’âge de 6 ans que sa carrière va débuter. De 1999 à 2006, il portera les couleurs du club de l’US Roissy en Brie avant de rejoindre l’US Torcy à 13 ans. Repéré par les recruteurs du Havre, Paul va poursuivre sa progression dans un centre de formation. Son talent n’échappe pas aux sélectionneurs des équipes de France junior. À 15 ans, il devient capitaine des bleuets alors qu’il est un des joueurs les plus jeunes de l’effectif. Le phénomène Pogba arrive rapidement aux oreilles des Anglais de Man U qui décident de le recruter en 2009.

 

…qui sait rester réaliste

 

Paul Pogba découvre l’Angleterre à 16 ans. Il débute dans l’équipe jeune des Reds Devils pendant deux années avant d’intégrer le groupe professionnel. Son temps de jeu avec les pros ne le laisse pas indifférent. Le 31 décembre 2012, face à Blackburn, c’est le premier tournant de sa carrière. Alors que Sir Alex Ferguson n’a plus aucun milieu de terrain sur le banc à part Pogba, le coach préfère faire entrer Rafael, latéral droit de formation. Peu habitué à l’échec, Paul va au clash avec son coach. En fin de contrat, il quitte le club après seulement 7 matchs pro et part en direction de l’Italie en 2012. Son arrivée à la Juventus est synonyme de nouveau départ. Pogba va perfectionner ses gammes et travailler d’arrache-pied pour revenir à son top niveau. À 19 ans, il s’impose comme titulaire indiscutable dans l’une des plus grosses équipes européennes. Son expérience à Manchester semble lui avoir servi de leçon puisque le milieu de terrain garde la tête sur les épaules : « Comparé à des joueurs comme Pirlo, Chiellini, Buffon, je ne suis rien ! ».

 

Un talent incontestable…

 

Avec la Juventus de Turin, Paul Pogba ne va pas tarder à se faire un nom. « Pogboom », comme il est surnommé en Italie, enchaîne les victoires avec la Vieille Dame. Le monde entier ne va pas tarder à découvrir ce phénomène aux coupes de cheveux extravagantes capable de marquer des buts splendides sur des frappes lointaines. Avec les Bianconeris, il remporte quatre Scudetto (Championnat d’Italie), une Coupe d’Italie en 2013 et deux Supercoupes d’Italie en 2013 et 2015. Il disputera une finale de Ligue des champions face au grand FC Barcelone. Lui et ses coéquipiers s’inclineront 3 buts à 1. En équipe de France, son palmarès a de quoi séduire. Avec les U20, il est sacré champion du monde en 2013 et est désigné meilleur joueur de la compétition. Lors du mondial au Brésil avec l’équipe de France A, Pogba devient un des leaders techniques du groupe et est nommé meilleur jeune joueur. En 2015, il sera élu dans le onze FIFA de l’année.

 

 … qui peine à affirmer son leadership

 

À l’été 2016, il s’engage de nouveau avec Manchester United pour 110 millions d’euros. Son acclimatation avec son nouveau coach José Mourinho, qui veut en faire le leader de son équipe, ne se passe pas très bien. Mécontent du rendement de son milieu de terrain, le coach portugais ne se serait pas gêné de lui faire savoir. Le joueur de 25 ans a quelquefois manqué de jus et d’inspiration. Face aux Spurs, le 31 janvier, Pogba a eu droit à une explication animée avec Mourinho sur le bord du terrain. Dix jours plus tard, The Sun assure que l’entraîneur de 55 ans s’en est pris à son n°6 dans le vestiaire après la défaite contre Newcastle. Il lui aurait notamment reproché d’être trop "décontracté" et "négligent".

 

Attendu comme le patron de l’équipe de France lors de l’Euro 2016, Paul Pogba a peiné à confirmer ce statut. Ses prestations sont alors en dents de scie. Il marquera un but face à l’Islande en quart de finale et délivrera une passe décisive à Antoine Griezmann lors du succès 2-0 face à l’Allemagne en demi-finale. En finale face au Portugal, Pogba déçoit. Plusieurs médias n’hésiteront pas à le décrire comme l’un des principaux responsables de cet échec. S’il est encore incontestable dans le groupe des 23, il n’est pas sous la menace d’être relégué sur le banc au profit de Corentin Tolisso. Les prestations de l’ancien havrais, lors des trois derniers matches de préparation, n’ont pas effacé les doutes qui subsistent autour de lui.

 

 

 

William PIERRET AGUADO