Bien communiquer...

06/05/2018 à 09:48

Ce matin nous sommes à J-2 avant la finale de la Coupe de France, mardi soir au stade de France face aux Herbiers…


Je pourrais vous dire qu’en matière de football, un match n’est jamais joué d’avance, que le PSG n’a pas encore gagné sa 12e Coupe de France, la quatrième consécutive, ce qui serait unique en France, qu’il faudra jouer sérieusement, respecter les Herbiers et mettre plus d’envie que face à Guingamp ou Amiens en Ligue 1... Mais je pense que j'embêterais très vite les lecteurs de Foot123. Donc, pour aller à l’essentiel, rendez-vous mardi soir pour un nouveau triplé à l’échelle nationale qui, s’il ne comblera pas complètement l’appétit des joueurs et des supporters parisiens, aura le mérite d’étoffer la carte de visite des Parisiens.  

Pour ne rien vous cacher, j’étais cette semaine à un séminaire sur la communication, la pub et le marketing en Afrique. J’en ai profité pour réviser la définition de ce qu’est la communication : "La communication est le fait d’établir une relation ou une liaison avec autrui, de la partager et la diffuser sous forme d’informations à l’aide de mots." Vous me voyez venir avec mes gros sabots… J’ai tout de suite fait le rapprochement avec les multiples communications défaillantes du Paris-SG ces derniers temps.

Meunier et les supporters… Emery qui ouvre bien plus son cœur en trois jours que lors des deux dernières années, mais surtout dans la presse espagnole… Tout le monde communique sur tout, tout le monde à son mot à dire, plus rien n’est cadré, plus rien n’est maitrisé. Question : y’a-t-il un pilote dans l’avion ?

Et je me dis que s’il y avait quelque chose à améliorer rapidement, à travailler pour la saison prochaine, et bien avant les 8e de finale de la Ligue des champions, c’est bien la communication du PSG. La communication interne, la communication externe, la communication des joueurs, la communication des supporters, bref, il va falloir très vite recadrer tout ça, histoire de repartir sur de bonnes bases et d’éviter tout désagrément à l’unité sportive. Décidément, on ne fait pas des métiers faciles, mais on rigole bien...

Stéphane BITTON.