• Bordeaux
  • Lille
  • Lyon
  • Marseille
  • Monaco
  • Nantes
  • Paris-SG
  • Saint-Etienne
  • Arsenal
  • Chelsea
  • Liverpool
  • Manchester C.
  • Manchester U.
  • Tottenham H.
  • Athl. Bilbao
  • Atl. Madrid
  • FC Barcelone
  • Real Madrid
  • Valence CF
  • Fiorentina
  • Inter Milan
  • Juventus
  • Lazio Rome
  • AC Milan
  • Napoli
  • AS Roma
  • Bayern M.
  • Bor-Dortmund
  • Bor. M'Gladbach
  • VfL Wolfsburg
Le 12/06/2012 à 17:21
HUM

Pas le temps de s’attarder

Bien malin qui peut dire, aujourd’hui, si l’équipe de France a réussi, ou pas, son entrée dans l’Euro 2012 après le match nul (1-1) obtenu, lundi, face à l’Angleterre. Et qui plus est, depuis que l’on connaît le résultat du match disputé en soirée par les deux prochains adversaires des Bleus dans le groupe D, l’Ukraine et la Suède. Les Ukrainiens, qui ont l’avantage d’évoluer sur leurs terres, ont battu avec panache la Suède (2-1) grâce à un Andryi Shevchenko qui a retrouvé tout son punch au bon moment, un moment que tout un peuple attendait. Qui a dit que les « grands joueurs » ne meurent jamais ?

Le prochain match des Bleus, vendredi, face à ces mêmes Ukrainiens, prend déjà des allures de quitte ou double pour les Français. Avec un seul mot d'ordre "tout, sauf une défaite !" Mais il y a des raisons d’espérer. Mieux inspirée que l’Angleterre, il était difficile de l’être moins, l’équipe de France n’a pas fait ou pas réussi ce qu’il fallait pour rendre d'entrée sa situation «confortable» dans un groupe qui semble pourtant à sa portée. Dommage.

Mais les Bleus n’ont pas démérité et plusieurs sujets incitent même à l’optimisme. Les joueurs de Laurent Blanc n’ont pas montré de réelle faille face aux Anglais. Philippe Mexès, parfois inquiétant lors des matches de préparation, a rassuré tout le monde. La paire Debuchy-Cabaye fonctionne de mieux en mieux sur le côté droit. Franck Ribéry, percutant et obstiné, a magnifiquement animé le côté gauche de l’attaque tricolore tandis que Karim Benzema se montrait incisif à défaut d’être réaliste. Pour cette fois.

Quant à Samir Nasri, il a su remettre les Bleus sur les bons rails après le but de Lescott. Et c'était là sa première mission. Remplie. Pour en revenir à son geste, il ne mérite pas qu'on lui accorde plus d'importance qu'il n'en a. C’est à dire pas grand chose. Nasri n'est pas le premier, et sûrement pas le dernier footballeur, sportif à être mécontent de son traitement dans la presse. Que personne ne se trompe d'objectif. Les enjeux pour les Bleus sont ailleurs. Pas le temps de s’attarder.

Stéphane BITTON

Commentaires
janinejacotte
12 juin à 19:08
Bravo!!!
On est tout à fait d'accord !
Et surtout qu'il continue comme ça !!!
raplestimorole
12 juin à 18:58
super article !!!!!!!!!!!!!
Connectez-vous à Foot123 pour pouvoir profiter de tous les avantages.
Garder ma session ouverte
Connexion

FIL ACTU
Foot123
Information
Envoie ce lien à tous tes amis :
Fermer