• Bordeaux
  • Lille
  • Lyon
  • Marseille
  • Monaco
  • Nantes
  • Paris-SG
  • Saint-Etienne
  • Arsenal
  • Chelsea
  • Liverpool
  • Manchester C.
  • Manchester U.
  • Tottenham H.
  • Athl. Bilbao
  • Atl. Madrid
  • FC Barcelone
  • Real Madrid
  • Valence CF
  • Fiorentina
  • Inter Milan
  • Juventus
  • Lazio Rome
  • AC Milan
  • Napoli
  • AS Roma
  • Bayern M.
  • Bor-Dortmund
  • Bor. M'Gladbach
  • VfL Wolfsburg
Le 14/05/2012 à 09:12
HUM

Forcément manqué…

Chers lecteurs, une page de l'histoire du football français et de la première division s'est tournée dimanche soir. Après 32 ans de présence ininterrompue parmi l'élite, l’AJ Auxerre, que l’on avait fini par croire indéboulonnable, l’AJ Auxerre, « l’enfant de Guy Roux », a été relégué en Ligue 2.

Avec déjà 17 défaites et 55 buts encaissés, les Auxerrois n'ont jamais vraiment fait illusion cette saison. Et pas plus que Laurent Fournier, Jean-Guy Wallemme n’a pu redresser la barre d’un navire qui partait à la dérive. A qui la faute ? Pour ne blesser personne, on parlera d’une gestion calamiteuse de tout le domaine sportif. Mais comme disait l’autre, ils se reconnaîtront… Et lorsque l’on songe que l’an passé encore les Auxerrois fréquentaient la Ligue des champions et que toute la Bourgogne se donnait "rendez-vous" à l’Abbé-Deschamps pour y voir évoluer des clubs aussi prestigieux que le Real Madrid, l’AC Milan ou l’Ajax Amsterdam, on ne peut s’empêcher d’évoquer un formidable gâchis. Pour un club dont le porte-drapeau, caricaturé chez les Guignols, avait fait sienne l’expression : « Faut pas gâcher… ». C’est raté.

Il serait trop fastidieux de citer ici tous les événements qui ont jalonné l’histoire de l’AJ Auxerre, tout au long de ces années de présences parmi l’élite. C’était le début des années Mitterrand, des années d’insouciance, une autre époque… Mais me reviennent pêle-mêle les Polonais, les moustaches de Szarmach, la timidité de Joël Bats, les chevauchées « fantastiques » de Basile Boli, le génie d’un Eric qui perçait déjà sous Cantona, la vista de Jean-Marc Ferreri, le tandem symbole du 4-3-3 auxerrois, composé de Christophe Cocard et Pascal Vahirua, les Dupont et Dupond de l’AJA et puis le doublé Championnat-Coupe de 1996 avec Lionel Charbonnier, Laurent Blanc, Sabri Lamouchi, Corentin Martins, Lilian Laslandes ou Bernard Diomède. Une demi-finale de Coupe de l’UEFA perdue aux tirs au but face au Borussia Dortmund en 1993. Les images défilent mais finissent par se brouiller, le bonnet de Guy Roux, le départ de Guy Roux, le retour de Guy Roux et puis l’après Guy Roux, forcément manqué…

Stéphane BITTON

Commentaires
mickasserole
15 mail à 16:40
Pauvre Auxerre...
Super article !
cochise
14 mail à 16:14
AJ.Auxerre, me fait penser au C.S.M.Persan, l'un des clubs phare du cyclisme francilien (1974/2000) et national en cyclo-cross. C'était le club d'un homme, MR Serge Pezard avec un GRAND M, comme Guy Roux. Les deux tenaient la maison, un référence dans leur domaine, les deux clubs, n'ont pas su ou pu, gérer la succession comme des orphelins, que l'on n'a pas préparer à vivre, sans eux. J'espère que l'AJA, pourra se reconstruire en 2 division et renaître de ces cendre, pour revenir dans l'élite.
janinejacotte
14 mail à 14:56
Toute une époque Stephane!!!
Bravo pour ton article,bel hommage!
Connectez-vous à Foot123 pour pouvoir profiter de tous les avantages.
Garder ma session ouverte
Connexion

FIL ACTU
Foot123
Information
Envoie ce lien à tous tes amis :
Fermer