• Bordeaux
  • Lille
  • Lyon
  • Marseille
  • Monaco
  • Nantes
  • Paris-SG
  • Saint-Etienne
  • Arsenal
  • Chelsea
  • Liverpool
  • Manchester C.
  • Manchester U.
  • Tottenham H.
  • Athl. Bilbao
  • Atl. Madrid
  • FC Barcelone
  • Real Madrid
  • Valence CF
  • Fiorentina
  • Inter Milan
  • Juventus
  • Lazio Rome
  • AC Milan
  • Napoli
  • AS Roma
  • Bayern M.
  • Bor-Dortmund
  • Bor. M'Gladbach
  • VfL Wolfsburg
Le 03/04/2012 à 19:12
ANNEE

1993, Boli, Baggio et malheureusement Houllier

Nos repères dans le temps sont faits de souvenirs. Et dès lors, la nostalgie prend la forme d'un être, d'une chanson, d'un film, d'un concert et pour quelques uns d'un match, d'un but, d'une scène de joie dans un stade ou devant sa télévision. La rubrique "Cette année-là" n'a comme seule prétention que de rafraîchir ou dépoussiérer de bons (ou mauvais) moments de football.

Douloureux retour sur terre

Sans cesse renouvelé, l’effectif de l’OM, triple tenant du titre de champion, n’en reste pas moins le meilleur en France. Jean-Pierre Papin est parti à l’AC Milan, mais Fabien Barthez, Marcel Desailly, Rudi Völler et Alen Boksic, les nouveaux arrivants, vont apporter le « petit quelque chose » qu’il manquait à Marseille pour s’imposer de nouveau en France, mais surtout sur la scène européenne.

A Munich face à l'AC Milan, Basile Boli, d’un coup de tête « historique », offre aux Olympiens et à la France, leur première coupe européenne, la plus belle, celle des champions, celle aux « grandes oreilles » comme aime à le rappeler Bernard Tapie, le président de l’OM. La fête aurait pu être parfaite, elle sera en grande partie gâchée par une banale rencontre de championnat entre Valenciennes et Marseille... C’est le début de l’affaire VA-OM, une affaire qui va éclabousser le football français, faire retirer à Marseille son quatrième titre consécutif et plonger l’OM en deuxième division. Au passage, les joueurs de Raymond Goethals se voient empêchés de disputer la Super Coupe d’Europe et la Coupe intercontinentale. Alen Boksic, l’attaquant croate de l’OM, remporte le titre de meilleur buteur de D1 avec 22 réalisations.

La Coupe de France sourit à nouveau au Paris-SG qui bat le FC Nantes 3-0 grâce à Antoine Kombouaré, David Ginola et Alain Roche, lors d’une finale, forcément un peu faussée par les expulsions de trois Nantais (Karembeu, Vulic et Lima).

Auxerre et Paris dans le dernier carré

Il y a deux clubs français dans le dernier carré de la Coupe de l’UEFA, une première. Auxerre et le Paris-SG se sont invités à la table des grands. Les joueurs de Guy Roux se montrent brillants et ne s’inclinent qu’aux tirs au but en demi-finale face au Borussia Dortmund. De son côté, le Paris-SG qui a sorti Salonique, Naples, Anderlecht et le Real Madrid, bute sur la Juventus. La finale, par match aller-retour, oppose donc Turin à Dortmund. Les joueurs de la Juventus, entraînés par Giovanni Trapattoni, ne font qu’une bouchée du Borussia d’Otmar Hitzfield. Antonio Conte, Gianluca Vialli et surtout Roberto Baggio, sont les hommes forts de la Vieille Dame. Trois buts de Dino Baggio et deux de Roberto, qui n’est pas son frère, permettent aux Italiens de s’imposer 3-1 à Dortmund avant de plier l’affaire au Stadio Delle Alpi 3-0. L’Auxerrois Gérald Baticle termine meilleur réalisateur de la compétition en inscrivant huit buts.

A Wembley, les Italiens du Parme AC, dirigés par Nevio Scala, s’imposent facilement face aux Belges du Royal Antwerp (3-1) en finale de la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupes.

Roberto Baggio, Ballon d’Or

En cette année impaire, sans événement majeur tel que l’Euro ou la Coupe du monde, Roberto Baggio, considéré comme l'un des meilleurs attaquants italiens de l'histoire et un des plus grands joueurs de football de tous les temps, remporte le Ballon d’Or de France Football, récompensant le meilleur joueur européen de l’année.

Annus horribilis pour les Bleus

Défaite surprise de l'équipe de France au Parc des Princes, le 13 octobre, face à Israël en match qualificatif pour la Coupe du monde 1994 (2-3). Il faudra faire au moins match nul à domicile face à la Bulgarie pour espérer se qualifier.

Un mois plus tard, le 17 novembre, l’équipe de France et le sport français tout entier vont connaître l’un des moments les plus cruels de leur Histoire. Les Bleus sont battus par la Bulgarie au Parc des Princes (1-2). Emil Kostadinov inscrit le but de la victoire dans les arrêts de jeu après un long déboulé qui passe presque toute l’équipe tricolore en revue. La France n'ira pas en Amérique.

Toute une génération de joueurs français est « privée » de Coupe du monde. Gérard Houllier, le sélectionneur des Bleus, perd les pédales et n’honore pas son statut d’éducateur en faisant porter le poids de la défaite à David Ginola. Pathétique et surtout ridicule.

Stéphane BITTON

Commentaires
Connectez-vous à Foot123 pour pouvoir profiter de tous les avantages.
Garder ma session ouverte
Connexion

FIL ACTU
Foot123
Information
Envoie ce lien à tous tes amis :
Fermer